Ingénieur Général Poudres COLLIN

Képi de l’Ingénieur Général Militaire de première classe des Poudres et Salpêtres Gaston COLLIN.

( 1887 – 1968 ).

Il a été nommé Ingénieur Général Militaire de deuxième classe en 1936, puis Ingénieur Général Militaire de première classe en 1946 avec effet rétroactif en 1943. Il a exercé les commandements suivants : Directeur de la poudrerie nationale d’Angoulême, puis Directeur de la poudrerie nationale de Saint-Chamas, puis affecté à l’Inspection générale des Poudres. Il passe ensuite dans le Corps « Civil » des Inspecteurs généraux des services Chimiques de l’État. Il est ensuite affecté à l’Inspection générale de la Production Industrielle (région de Montpellier), puis à la Direction des Industries chimiques, puis au service des Industries chimiques (circonscription de Paris). Il termine sa carrière comme Inspecteur général des Poudreries nationales d’Esquerdes, Pont-du-Buis, Moulin-Blanc, Bergerac et Toulouse. Il a été placé dans la section de réserve en 1949.

Il était Commandeur de la Légion d’Honneur.

Ce képi est modèle d’après-guerre. Les broderies reprennent le modèle décrit dans le règlement de 1931. Elles reproduisent les feuilles d’érable mélangées à de très petites feuilles de chêne. Ce képi est parfaitement règlementaire avec la rangée supérieur exclusivement composée de feuilles d’érable et la rangée inférieure exclusivement composée de feuilles de chêne. Les broderies sont apposées sur du drap gris souris lui aussi décrit dans le règlement de 1931. Par contre, une différence importante existe par rapport aux képis d’avant-guerre. Ces derniers ont en effet un calot (partie supérieure du képi) de couleur noire, alors que ce képi a un calot de couleur rouge identique à celui porté par tous les autres officiers généraux de l’Armée de Terre (à l’exception des Contrôleurs Généraux et de l’Inspecteur Général de la Poste aux Armées et des Payeurs Généraux). C’est donc un modèle qui indique le retour des képis brodés chez les officiers généraux des Services après la guerre. C’est une coiffure très rare